La Gazette de Gouzy

> Réflexion, expérimentations et luttes sociales

Login

Sur le terrain :

La Gazette de Gouzy sera présente
au rassemblement annuel
de Notre-Dame-des-Landes 2017

http://www.notredamedeslandes2017.org/

Lire la Gazette

Restez informé:

Votre mail:


Retrouvez Gouzy sur:

Facebook

Twitter

Framasphere


Où trouver la Gazette?


Aidez nous à diffuser
la Gazette

 

SOUTENIR
une Gazette
indépendante

87%

Pourquoi faire un don?

La Gazette de Gouzy - n°4 Février 2015

le 22/02/2017 à 07:20, modifiée le 22/02/2017 à 19:01

La Gazette

"Et si on supprimait le travail ?"

 

Ce numéro s'arrête sur une conception du "revenu de base" qui questionne la centralité du travail dans nos vies : la "Dotation Inconditionnelle d'Autonomie" (DIA).

 

Et si chaque individu, quels que soient ses revenus et sa condition sociale, recevait de la naissance à la mort de quoi vivre dignement, sans obligation aucune de travailler en contrepartie ?

N'hésitez pas à la partager et à commenter ci-dessous.

 

Pour être tenu informé des sorties des prochaines Gazettes, n'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter !

Télécharger

Télécharger la Gazette : cliquez-ici.

Ou télécharger le fichier d'impression pour imprimer la Gazette.

Les commentaires

Écrit par EtienneD le 08/02/2015 à 19:53

Bonjour,

Je pense que c'est plutôt le "marché du travail" qu'il faut supprimer... voir les travaux du sociologue Bernard Friot, notamment : http://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/RAIM/51114

à+

Etienne

Répondre

Écrit par La Gazette de Gouzy le 09/02/2015 à 19:41

Mail reçu de la part de la revue "S!lence" (http://www.revuesilence.net/) et reproduit ici avec leur autorisation :
 
 
Bonjour,
 
merci pour l'envoi de votre revue que nous avons lu en ligne.
Pour enrichir le débat, je vous invite en retour à lire un débat sur le sujet dans notre numéro 366 que vous pouvez aussi télécharger sur notre site.
Nous avions deux principales objections à la démarche qui ne sont pas celles que vous citez:
• notre "revenu" collectif n'est à ce niveau que parce que nous pompons largement sur le travail et les ressources du Sud et si nous voulons partager tout l'argent au niveau mondial, il va falloir se mettre sensiblement au niveau des minimas sociaux français (ce qui constituera une énorme richesse pour un Burkinabé !). Si nous ne résonnons pas ainsi, c'est alors qu'on se partage les richesses volées, ce qui est peu compatible avec une idée de société plus solidaire.
qui partage cet argent ? soit nous avons un partage mondial contrôlé par des structures aussi peu démocratiques que le FMI ou l'ONU, soit nous "relocalisons" le partage et alors bonjour les inégalités entre régions (la région Rhône-Alpes qui dispose de pratiquement tous les grands barrages hydrauliques, d'une agriculture diversifiée... sera plus riche que la Picardie). Là encore quelle solidarité ?
Nous n'avons pas les réponses...
 
Bonne suite,
pour Silence

Francis Vergier.

Répondre

Pseudo:

Mail:

Votre message:

Question : Quelle est la couleur du cheval blanc ?

Réponse :

Retour

^