La Gazette de Gouzy

> Réflexion, expérimentations et luttes sociales

Login

Actuellement:

La nouvelle Gazette est sortie ! Lire ici

N'hésitez pas à la partager et la diffuser !

Restez informé:

Votre mail:


Retrouvez Gouzy sur:

Facebook

Twitter


Où trouver la Gazette?


Aidez nous à diffuser
la Gazette

 

SOUTENIR
une Gazette
indépendante

64%

Pourquoi faire un don?

La Gazette de Gouzy - Mars 2015

le 07/03/2015 à 06:36 dans Lire la Gazette, modifié

"L'agriculture intensive ne nourrit pas le monde ! Quelles alternatives ?"

 

Le constat est sans appel : au moins 1 milliard de personnes dans le monde souffrent de la faim. Pourtant on produit chaque année de quoi nourrir deux fois la planète !

 

Après avoir dressé un état des lieux sans concession de l'agriculture intensive, ce numéro présente une alternative: les Associations pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (AMAP).

Cliquez sur l'image pour lire la Gazette.

Ou télécharger le fichier d'impression pour imprimer la Gazette.

 

N'hésitez pas à la partager et à commenter ci-dessous.

 

Pour être tenu informé des sorties des prochaines Gazettes, n'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter !


Les commentaires

Écrit par La Gazette de Gouzy le 12/03/2015 à 20:41

Mail reçu de la part de Daniel VUILLON, agriculteur initiateur des Associations pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne (AMAP) en France, et reproduit avec son autorisation :

Bonjour,
Permettez moi quelques réflexions suites à la lecture de votre gazette n°5:


- Faire le choix de se nourrir dans la proximité permet de laisser de la nourriture à ceux qui en ont besoin. Si tout le monde le faisait, il n'y aurait pas de pb de mortalité par manque de nourriture. Se réapproprier dans la proximité cette fonction vitale qu'est la nourriture est une urgence pour chaque citoyen dans le monde entier.


- Vous ne mettez pas assez en avant l'insécurité alimentaire de l'agro-chimie et l'agro-alimentaire pour les consommateurs . L' alimentation est responsable de 50% des décès dus au cancer, de l'obésité, des maladies cardio vasculaires, etc.


- Il fait insister sur le fait que les AMAP sont une alternative économique à l'économie de marché mortifère dont la grande distribution est le bras armé. Le juste prix en AMAP est celui qui permet au paysan d'exister. Il provient de l’addition de toutes les charges de la ferme dont la rémunération du travail divisé par le nb d'abonnés que la ferme est en capacité de nourrir, donne le prix de l'abonnement. A aucun moment dans ce calcul il n'est fait référence à des mercuriales ou prix de kg de produits. Ce calcul doit-être fait cas par cas car il n'existe pas 2 fermes pareilles.


- On est dans l'urgence car la France a perdu en 20 ans 3 paysans sur 4. On est passé de 6.5 millions de paysans dans les années 50 à moins de 600 000 aujourd'hui. Ceux qu'on a perdu ne sont pas les céréaliers de la Beauce mais ceux pratiquant une agriculture paysanne, qui ont les savoir faire, qui mettent en valeur depuis des millénaires des terroirs exceptionnels qui a fait de la France sa réputation dans le domaine de la gastronomie.


- Pour compenser cette disparition des petites fermes il faut installer de nombreux jeunes agriculteurs. On ne peut y arriver que si le modèle du paysan en AMAP est attractif. Posez-vous toujours la question dans votre AMAP à la fin de chaque saison: notre paysan nous a bien nourrie depuis des mois mais a-t-il les moyens de se nourrir lui-même et sa famille? tout dépend de cette question car s'il vit mal il est en précarité et il va donc un jour s'arrêter ; on aura donc pas beaucoup avancé et on aura oublié l'essentiel de l'AMAP, le maintien de l'agriculture paysanne pour aujourd'hui mais surtout pour les générations futures.


- Si on est passé au productivisme dans les années 50 ce n'est pas parce qu'on manquait de nourriture mais qu'il fallait reconvertir les industries liées à la guerre: les tracteurs à la place des chars, les engrais à la place des poudres à canon, explosifs et gaz toxiques (cf le plan marshall).


- Les Associations 1901 ne sont pas obligatoires en AMAP, au contraire , elles sont déconseillées car elles ne reconnaissent pas le partenariat. Une AMAP est avant tout un partenariat producteur-consommateur. Le producteur est au centre et ne peut -être assimilé à un adhérent d'Assos. Elles sont parfois nécessaires pour obtenir des instances publiques un lieu de distribution, une attestation d'assurance. Mais chaque famille signe un contrat avec le producteur. Ce contrat définit les obligations de chacun et c'est lui qui engage les 2 parties. Les chéques sont fait au nom du producteur et surtout pas au nom de l'AMAP qui deviendrait alors une structure commerciale.


- Au Québec le producteur en AMAP est appelé "fermier de famille" par analogie au médecin de famille. J'aime bien cette expression car elle définit bien le rôle du paysan, son rôle social, son rôle nourricier qui apporte son premier médicament par une nourriture de qualité.


- Il faut aussi prendre en compte le pb foncier agricole. On perdait tous les 10 ans la surface moyenne agricole d'un département, puis tous les 7 ans et aujourd'hui tous les 4 ans. 28 m2 par seconde en France, un stade de foot par seconde dans le monde...Les paysans ne sont plus propriétaires que de 30% des surfaces cultivées en France, les spéculateurs ont envahis ce marché trouvant là des placements surs, le prix des terres ne fait qu'augmenter et en plus parfois le jackpot, qd la destination des terres changent et deviennent constructibles...En attendant pour installer des jeunes, dur dur!!!
Il faut obtenir une loi qui classe les meilleures terres agricoles nourricières pour l'éternité où seul un agriculteur pourra acheter une terre que seul un agriculteur pourra vendre. Les japonais et les suisses l'ont fait depuis 1945.....


- Dernière info, tous les 10 ans il y a un recensement général agricole en France. En 2000 il y avait 0 producteur en AMAP puisque la première AMAP sur ma ferme a démarré en Avril 2001. En 2010 il y avait 6 000 producteurs en AMAP en France participant à nourrir 1 million de consommateurs, dans un peu toutes les filières agricoles. Insuffisant, certes, mais s'il n'y avait pas eu les AMAP, ces fermes dont la mienne auraient disparues.


A bientôt de vous lire dans votre prochaine gazette et bravo d'avoir fait le lien entre la mondialisation du marché agricole et les AMAP, une solution pour les Pays du Nord pour la sécurité alimentaire de notre alimentation et une solution pour les Pays du Sud pour garantir une alimentation dans l'assiette toute l'année suffisante en quantité et en qualité pour nourrir les familles. Nous avons pour preuve développé ce concept en Europe de l'Est, en Afrique (Maroc, Mali, Togo, Bénin, Ouganda), en Amérique latine (Haïti, Brésil, Panama, Mexique).

 

Daniel VUILLON
Agriculteur
Initiateur avec son épouse Denise des AMAP en France

AMAP olivades.com
Le Blog lesolivades.over-blog.com
CREAMAP amap-france.org

 

Répondre

Écrit par amap pays basque le 21/03/2015 à 12:46

bonjour

je souhaiterais savoir si vous avez envisager le mettre à disposition la maquette de la bd sur les amap en vue d'en faire un outil d'appropriation de texte par chaque groupe qui pourrait y mettre ses références et ses projets. Ceal pourrait devenir un "objet éducatif"

qu'en pensez vous

 

au Pays basque (300 000 habitants) il ya a 30 groupes amap, 1300 foyers et une centaine de paysans.

nous avons créer un collectif pour nous doter d'une asso 1901 qui permet au 30 groupe de s'en service pour passer une assurance collective, ou demander un représenation officielle dans certaines démarches institutionnelles.

merci our votre réponse

isabel capdeville

bayonne

06 887 444 30

Répondre

Écrit par Pierre Bitoun le 23/03/2015 à 00:46

Chercheur à l’Inra, je me suis intéressé aux deux sujets de l’agriculture intensive et des AMAP que vous traitez dans votre dernier numéro de mars 2015. Textes ou BD, les idées essentielles y sont, accessibles au plus grand nombre et souvent mieux énoncées que dans maints travaux de “spécialistes” ! Bravo donc à vous et bonne continuation sur tant d’autres sujets à aborder dans le même esprit...
Amicalement
Pierre Bitoun

 

Répondre

Pseudo:

Mail:

Votre message:

Question : Quelle est la couleur du cheval blanc ?

Réponse :

Retour

^